5 Phases pour le guerrier parfait!

Passion et Raison dans les arts martiaux ou le coeur et l’esprit du guerrier: (lisez l’article sur passion ou raison pour mieux comprendre 😉 )

Dans l’apprentissage des arts martiaux, nous pouvons observer un peu la même chose en quelque sorte. Nous apprenons plus facilement les choses qui nous plaisent, ainsi, nous cherchons naturellement l’art qui nous correspond le mieux. La raison nous pousse à choisir l’art qui nous semble le plus adapté aux besoins que nous pensons nécessaire dans notre vie.

Les raisons qui font que nous continuons l’entrainement sont bien plus complexes bien-sûr et pourraient faire l’objet d’un article en soi 😉 , regardons un peu ses deux aspects autrement….

Dans un premier temps:

Même si la passion nous stimule durant l’entrainement, pour apprendre, nous comptons d’abord sur la raison. C’est notre faculté pour absorber la matière qui est mise a l’épreuve en premier. Nous devons garder la tête froide pour bien apprendre et analyser les mouvements des techniques dans le dojo. Par contre, lors d’une agression, notre processus logique d’analyse est submergé par les émotions liées à la confrontation et a beaucoup de difficultés à fonctionner correctement. Nous allons adopter des réflexes naturels de panique et/ou stress. L’important est de créer des mouvements de défense très proche de ses réflexes. Nous sommes dans le stade de débutant.

Dans un deuxième temps:

Nous sommes capables d’assimiler les mouvements plus facilement maintenant et la notion de « plaisir » et de « passion » sont maintenant plus facilement perceptible durant l’entrainement et l’apprentissage. Nous avons maintenant moins besoin de penser et de réfléchir durant l’action. Lors d’une confrontation réelle, nous allons maintenant être capable de reconnaître plus facilement la nature du problème. Notre corps et notre esprit ont maintenant tellement l’habitude de voir et de faire le mouvement que, lorsque nous sommes confrontés directement à ceux-ci, nous commençons à réagir de manière plus « détendue ». Je ne dis pas que nous ne subissons plus de stress ou de peur, non, tout est toujours là, mais notre confiance en soi, et dans nos capacités techniques sont telles, que nous pouvons gérer cela mieux qu’auparavant. Notre capacité intellectuelle tentera , sans grand succès,  de déterminer quelle technique utiliser…heureusement, nos sentiments et émotions prendront le relais et feront en sorte que nous bougeons, malgré tout, avec une technique ou demi-technique appropriée. Nous sommes dans le stade de pratiquant confirmé.

Dans un troisième temps:

Durant l’entrainement, nous allons être stimulés durant les séances de « réponse libre », à mettre en pratique les techniques apprises, de manière spontanée et automatique. Nous allons de plus en plus permettre aux émotions, sensations et sentiments ressentis durant « l’instant » , décider des mouvements nécessaires. Ainsi, lorsque nous rencontrons un problème, nous ne perdrons plus le temps avec l’analyse détaillée en pensées sur le problème en cours. Notre corps a parfaitement assimilé la réponse et le problème, pour y remédier directement et sans faille. Nous repasserons malgré tout l’ensemble de la situation vécue maintes fois dans notre esprit, tout en analysant le pourquoi et le comment de la situation. Nous sommes dans le stade de la maîtrise technique.

Dans un quatrième temps:

Durant l’entrainement nous utilisons à nouveau notre sens de la raison, afin de saisir exactement tous les détails de la technique, le positionnement parfait et l’analyse du fonctionnement de la technique. Maintenant nous allons également tenter de comprendre pourquoi notre agresseur fait ce qu’il fait, et peut-être encore plus important, comprendre pourquoi et comment nous faisons ce que nous faisons. Le côté passion se traduis maintenant dans la façon que nous allons pouvoir mesurer avec plus d’exactitude le dégré de danger et le besoin du niveau de réponse qui est demandé. Lors de l’apparition d’un problème, nous allons comprendre pourquoi il a lieu plus facilement et ainsi anticiper notre réponse. Nous réussissons à reconnaître nos sentiments, angoisses, peurs et facteurs déclencheurs de problèmes afin de les gérer avant même que l’agresseur puisse s’en servir contre nous. Nous sommes dans le stade de la maîtrise personnelle.

Dans un cinquième temps:

Nos compétences des techniques acquises et la compréhension de la nature humaine sont telles, que,  nous pouvons tenter de lire et/ou de produire des sources d’occupation pour notre partenaire d’entrainement. Sans pour autant « jouer » avec les sentiments, nous pouvons imiter l’énergie rencontré dans une situation réelle, en toute sécurité. Nous sommes ainsi en quelque sorte « maître » de la situation. Dans le contexte d’un problème rencontré, nous sommes alors à même de diriger la situation exactement où nous voulons la mener, et dans le meilleur des cas, l’arrêter avant même qu’elle ne commence…. Nous sommes devenus un Guerrier dans le sens noble du terme, un noble pacificateur.

Dans un dernier temps:

Quand vous pensez avoir tout compris, votre professeur vous lancera un nouveau défi qui risque de tout bouleverser 😉